COMMENT DEVENIR ECOLO SANS CULPABILISER ? MA TRANSITION ECO-RESPONSABLE EXPLIQUEE DE A à Z

Un mode de consommation non éclairé

J’ai grandi dans une famille classique moderne, avec un mode de consommation normal pour une famille de 5 des années 90s.

Nous ne manquions de rien, mes parents ont tout fait pour nous offrir tout ce dont nous avions besoin, et même plus. Je petit-déjeunais du Nutella, je goûtais des Lion ou Twix, je me douchais avec du Dove, et m’hydratais avec de la crème Nivea.

Nous utilisions une quantité phénoménale d’essuie-tout jetables et de cotons-tiges en plastique. Lorsque nous allions faire les courses nous prenions systématiquement des sacs jetables en plastique, et nous ne faisions pas de recyclage.

Nous vivions comme un grand nombre de familles, sans nous poser de questions sur l’impact de notre consommation sur l’environnement.

J’ai poursuivi ce modèle de consommation lorsque je me suis installée seule dans mes différents appartements Niçois puis Parisiens.

J’ai fait des études en cosmétologie, pendant lesquelles j’ai réalisé des stages en laboratoires de fabrication de produits cosmétiques. Certaines méthodes de fabrication, et surtout certains ingrédients utilisés dans des crèmes pour bébés m’ont alors interpelés, sans pour autant me rebuter.

En effet, certains ingrédients devaient être manipulés sous haute protection, dans des caissons épais, munis de gants et de pinces (par exemple l’EDTA). Je m’interrogeais tout de même sur la toxicité de ces ingrédients, que l’on retrouvait ensuite dans des crèmes pour le siège des nourrissons.

J’ai tout de même continué ma petite vie, en continuant d’acheter ces mêmes marques pour moi, sans même regarder les étiquettes. Puisque les labos dans lesquels je travaillais m’assuraient que leur produits étaient supers, pourquoi en douter ?

Ma prise de conscience

Pendant plusieurs années j’ai travaillé pour une grande marque de maquillage professionnel, sans jamais regarder une seule composition de leur produits. Le maquillage avait une tenue irréprochable, une texture démente. Je ne me suis jamais posée la question de savoir comment cela était possible.

Puis un jour j’ai travaillé pour une boutique parisienne de produits de beauté clean. Le premier concept store de ce genre en France.

Même si je connaissais par cœur les ingrédients, leurs fonctions et leurs provenances, j’y ai appris à déchiffrer intelligemment une liste INCI . J’y ai aussi appris le rôle néfaste de certains ingrédients sur la nature, la peau, la santé. J’y ai entendu pour la première fois les mots « perturbateur endocrinien » « polluant » « cancérogène »…

On m’avait donc menti toutes ces années. Mes études, mes stages, les marques pour lesquelles j’avais travaillé. Tout mon monde s’est écroulé. J’en ai perdu le goût du maquillage, de la cosmétique et de la beauté. Ce jour là j’ai décidé de changer complètement de vie professionnelle.

Comment ai-je rendu clean ma salle de bain?

Malgré mon dégoût pour la cosmétique, j’ai continué à vivre normalement. Jusqu’au jour où un petit être, un petit bout d’amour est venu embellir notre vie: Louis.

Je voulais le meilleur pour lui, surtout au niveau des produits de soin. Exit les Mustcracra, les Uricracra et les Avècracra, bonjour les produits que j’avais auparavant vendu dans la fameuse boutique Parisienne éco-responsable. Un sacré budget, puisque cette enseigne était plutôt orienté haut de gamme luxe. Qu’importe, mon fils aurait le meilleur sur sa peau et sur ses fesses. Savon liquide Enfance Paris, crème Pai Skincare, Couche Tidoo, Naty, Love and Green, nous ne lui mettions que des produits vraiment sains.

Ce fut finalement mon premier pas écolo. Pour certains il se passe dans l’assiette, ou dans le placard de produits ménagers et pour d’autres, dont je fais partie, dans la salle de bain.

Pour moi, écolo voulait forcément dire « hippie qui fume le calumet de la paix à ses heures perdues, en marge de la société et qui vénère le dieu soleil » ou « activistes qui s’insurgent de tout et n’importe quoi, critiquent tout sans proposer de vraies alternatives, et font beaucoup de bruit pour pas grand chose ». Je n’imaginais pas qu’une personne lambda pouvait être écolo sans être complètement extrémiste.

Je pense qu’il est important de se fixer un objectif après l’autre dans sa transition, au risque d’être complément démotivé et découragé. Lorsqu’il faut revoir 20, 30, 40 ans d’habitudes d’un coup, c’est beaucoup trop contraignant et frustrant. L’extrémisme est dangereux, dans tous les domaines.

En décidant de cleaner ma salle de bain, j’ai doucement modifié mon mode de consommation et mes habitudes.

Au départ je regardais uniquement les étiquettes, puis j’ai fait attention aux contenants : limiter le plastique et privilégier les contenants recyclables ou à base de plastique recyclé, utiliser des produits solides plutôt que liquides etc …

C’est tout naturellement que je suis passée du gel douche Enfance Paris aux savons Gaelle Besse dont je parle longuement juste ici.

Tout comme je suis passée des cotons démaquillants jetables à des cotons jetables bio, puis à des cotons lavables pour finir sur des cotons lavables bio.

UN PAS APRÈS L’AUTRE.

J’insiste énormément sur ce point, car il est vraiment trop facile de se décourager bêtement en voulant devenir parfait du jour au lendemain.

Si vous avez peur de tout changer dans votre routine, commencez par ce qui sera le moins pénible ou frustrant pour vous: vous adorez votre teinture pour les cheveux cracra et vous ne vous voyez pas vous en passer ? Ne vous en passez pas ! Commencez par un savon pour le corps par exemple. Puis vous passerez à la crème de jour, puis au maquillage et un jour, tout naturellement, vous aurez envie que votre teinture soit dans votre mode de consommation éco-responsable et c’est tout naturellement que vous passerez aux teintures végétales (dont je parle ici).

Aujourd’hui je peux dire que ma salle de bain est à 99,9% clean. Pourquoi par 100% ? Parce que je pense qu’on peut toujours faire mieux, et je n’ai pas la prétention de me croire parfaite.

Produits de soin clean disponibles sur https://gaellebesse.fr/ ( de 5% à 15% de réduction avec les codes affiliés familletortue5 familletortue10 familletortue15) et sur https://womumbox.com/ (10% de réduction avec le code FAMILLETORTUE)

DIY ?

Je ne suis pas une adepte des cosmétiques maison. Peut-être est-ce une déformation professionnelle, mais je connais que trop bien les dégâts que peuvent causer certains champignons ou certaines bactéries sur la peau, et il est impossible d’avoir un environnement complément aseptisé chez soit lorsque on crée son produit. En dehors des produits cosmétiques à base d’huile et donc inertes (huile capillaire et baume pour les lèvres par exemple) je ne fais aucun produit maison.

Routine complète clean pour parents et bébés

Je suis en pleine préparation de plusieurs articles ultras complets dans lesquels je vous expliquerai point par point chaque routine complète pour chaque type de peau. Un peu de patience il sera bientôt en ligne ! abonnez vous à mon blog pour être informé dès sa sortie.

Et pour ma cuisine, mes produits ménagers ?

En ce qui concerne le cleanage de mon placard de produits ménagers, je dois avouer que c’est monsieur qui m’a lancée sur cette voie.

Je l’ai surprise un jour à regarder des tutos pour créer lui même son produit lave-vitre pour la voiture. Il avait pris conscience de l’impact de ce produit sur la planète entre l’achat du bidon en plastique, le prix, et le produit hautement toxique qui se repend dans la nature à chaque coup de balais essuie-glace.

Très fier de sa trouvaille, il m’a fait me questionner sur tous les produits ménagers ou plus largement tous les ustensiles utilisés dans ma cuisine que je pouvais utiliser, et sur leur coût. Parce que oui, les produits d’entretiens étaient un véritable budget pour nous.

Produit vitre, produit sol pour le carrelage, produit sol pour le parquet, produit lave-vaisselle, pastille lave-vaisselle, lessive pour nous, lessive pour bébé, produit wc, mais aussi essuie-tout en papier, papier aluminium… un gouffre financier et écolo!

Mon placard était plein à craquer de produits, parfois même en doublon.

Encore une fois, j’y suis allée doucement, un achat après l’autre.

J’ai surtout attendu de finir chaque produit avant de passer à un meilleur.

Voici aujourd’hui ce dont je me sers pour chaque utilisation, avec à chaque fois les liens des produits: (un article ultra complet sur chaque recette détaillée de mes produits ménager est un préparation, un peu de patience !)

Essuie-tout : en coton lavable clipsable pour essuyer les surfaces que j’ai trouvé ici. Je regrette finalement d’avoir pris ceux avec des boutons pressions, et vous conseille ceux qui sont sans, afin d’éviter d’abîmer certaines surfaces fragiles en verre ou en bois. Pour nos repas, j’utilise les serviettes de tables Bouchara offertes par mon père pour Noël que je trouve de très bonne qualité.

Essuie-tout lavable clipsable

Papier alimentaire: papier Bee Warp de différente taille trouvé ici. Je trouve là aussi que cette marque est très chère pour la qualité, et en regardant des tutos sur internet je me suis rendue compte qu’il était très simple d’en fabriquer soit même avec de la cire d’abeille bio, un fer à repasser et du papier sulfurisé (ou un four !).

Paille: en inox ou en bambou trouvée ici .

Bouteille d’eau : gourde en inox isotherme trouvée ici pour nous et ici pour Louis .

Gourdes en Inox Isothermes

Éponge: lavettes lavables trouvées en grande surface pour les sanitaire et le plan de travail de la cuisine et éponge lavable pour la vaisselle trouvée ici. J’ai fabriqué pendant quelques temps des éponges tawashi maison mais je dois avouer que l’efficacité pour la vaisselle n’était pas toujours au rdv (plats à gratter par exemple).

Produit WC : vinaigre blanc + bicarbonate de soude trouvés en grande surface .

Produit anti calcaire robinet : vinaigre blanc + bicarbonate de soude trouvés en grande surface.

Liquide vaisselle : 3 cuillères à soupe de savon noir (ici)+ 1 cuillère à café de bicarbonate de soude (en grande surface)+ eau + 5 gouttes d’huiles essentielles d’eucalyptus (ici) dans un flacon de liquide vaisselle vide. Bien mélanger à chaque utilisation. J’avais testé le savon noir de chez Théophile Berton (ici), très efficace mais l’odeur était assez forte.

Spray nettoyant sanitaire, cuisine et vitre: exactement le même mélange que le liquide vaisselle mais dans un spray. Pour les vitres, pulvériser le produit sur la vitre, laver avec une éponge, rincer, et essuyer avec un essuie-tout lavable .

Pastille lave vaisselle : maison verte achetée en grande surface (ici). Mais je vais bientôt fabriquer mes pastilles maison.

Produit pour les sols (universel): 2 cuillère à soupe de savon noir dans un seau d’eau chaude (environ 5L) + 5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus.

Lessive: noix de lavage trouvée ici (1 sachet me fait 1 an de machine environ) + 5 gouttes d’huile essentielle de lavande.

Adoucissant : vinaigre blanc dans le compartiment d’adoucissant jusqu’au trait maximum.

Liste susceptible d’évoluer au fil des mois !

Et mon frigo ?

C’est là que ma transition est vraiment la moins avancée. Mais j’en ai conscience et y travaille. UN PAS APRÈS L’AUTRE.

J’essaye d’acheter un maximum bio, surtout les légumes et les fruits pour limiter les pesticides.

Nous sommes flexitariens, c’est à dire que nous mangeons moins de viande mais de meilleure qualité afin de limiter notre impact sur l’environnement et agir sur le bien-être des animaux.

Nous n’achetons plus de Nutella mais uniquement du Lucien Georgelin made in France.

pâte à tartiner Lucien Georgelin

Nous allons arrêter d’acheter des yaourts en pots en plastique, mais uniquement en carton ou en verre (mais j’envisage de les fabriquer maison bientôt).

Notre pain vient d’une boulangerie qui fabrique selon la tradition boulangère.

En revanche, je mange des Chocapics tous les matins depuis le début de ma grossesse (envie de femme enceinte), Louis adore faire des hot dog de Knakis le week-end avec du Ketchup, j’achète souvent des pâtes feuilletées toutes prêtes, et ma salade en sachet la plupart du temps…

Celui qui a la gamelle la plus clean de la maison est finalement Roxy, pour qui je fais très attention sur le choix de ses croquettes et de la provenance des matières premières.

Notre prochaine étape ? Essayer d’aller directement dans des coopératives ou à la ferme pour acheter local, en essayant de ne pas se ruiner…

Justement parlons en du budget, faut-il être riche pour être éco-responsable ?

Il est vrai que les produits plus sains, moins toxiques coûtent aussi plus chers. Tout le monde ne peut pas s’offrir ce luxe de consommer bio et éthique tous les jours, tout le temps.

Prenons l’exemple de l’habillement, les marques de mode éthique sont inabordables pour une grande partie de la population.

Et acheter du H&M bio est-il vraiment un acte éco-responsable et éthique ? Quand on sait que le plus gros pollueur au monde est l’industrie textile de la fast-fashion ?

Quand nos moyens ne nous permettent pas de modifier tout notre mode de consommation mais que notre désir est vraiment là, des solutions s’offre à nous. Des petites choses, minimes pour certains, mais qui peuvent avoir un impact énorme si tout le monde en prenait conscience:

Acheter ses vêtements d’occasion : Vinted est devenu mon meilleur ami, surtout pour les vêtements bébés et enfants. Je ne fais plus les magasins, sauf pour les chaussures et les sous vêtements, pour des questions d’hygiène. Pour tout le reste, la seconde main est parfaite. Encore une fois le secteur de la mode est le premier pollueur au monde, utiliser des vêtements qui sont déjà dans le circuit limite l’impact sur la planète (et sur le porte feuille ), d’autant plus si on sélectionne la remise en mains propres.

Ne plus acheter sur Amazon, AliExpress, Wish etc… : j’étais une énorme consommatrice d’Amazon. J’avais évidement mon abonnement Amazon Prime, et me faisais livrer tout et n’importe quoi via ce site. Je me suis un jour rendue compte que ces mêmes choses étaient présentes dans les petits commerces en bas de chez moi, parfois au même prix. J’ai résilié mon abonnement et je vais maintenant, dans la mesure du possible, faire mes achats dans les commerces de proximité.

Purger ses boites mails : levez la main ceux qui n’ont qu’une seule boîte mail, ne contenant que les derniers mails ou les plus importants, soit une vingtaine de mails maximum ? Non? Personne ? Pourtant un des plus gros pollueurs au monde est… internet. L’énergie nécessaire pour le stockage et l’archivage de nos mails est considérable. Résilier nos boites mails inutilisées et de supprimer tous les mails lus et spams permet de réduire la pollution des serveurs.

Limiter l’avion: en privilégiant le train ou le bateau pour vous déplacer, dans la mesure du possible. Le trajet sera peut être plus long, mais ne fait-il pas partie du voyage ?

Utiliser les transports en communs, faire du convoiturage, marcher, faire du vélo, trottinette, roller, skate etc… : bref, limiter l’utilisation de la voiture et ne la garder que lorsque c’est vraiment nécessaire.

Acheter d’occasion ou prendre ce qui est à donner : Le Bon Coin, Geev, il existe plusieurs sites où trouver de bonnes affaires, parfois gratis.

Ramasser les déchets: prenez un sac plastique avec vous lors de vos ballades et ramassez les déchets que les autres ont laissé derrière eux. Ne le prenez pas comme une corvée mais dites vous que vous le faites pour la planète.

Composter: compostez vos déchets alimentaires pour en faire de l’engrais naturel.

Faire le tri et réutiliser : au lieu de jeter, essayez de donner une seconde vie à certains objets. Ça peut être des idées de déco ou d’activités manuelles avec vos enfants .

Consommer anti gaspi : l’application Too Good To Go est super pour acheter à mini prix les invendus du jour . En ce qui concerne les légumes nous avons eu plusieurs fois des produits pourris, immangeables de la part de certaines enseignes. Il faut tester plusieurs magasins afin de trouver ceux qui ne se moquent pas du consommateur.

Utiliser un moteur de recherche éco-responsable : Lilo, Ecosia, Ecogine … ces moteurs de recherche permettent de faire un geste pour la planète lors de vos recherches internet.

Acheter des téléphones reconditionnés : plutôt que de les acheter neufs. certains opérateur les garantissent pendant 1 an, renseignez vous!

Liste non exhaustive ! mettez en commentaires vos idées écolos simples à réaliser.

Ces écolos qui culpabilisent

Je crois que ce qui m’énerve le plus avant même les personnes qui ont conscience du déclin de notre planète à cause de notre mode de consommation mais qui ne veulent pas faire d’efforts pour y remédier, ce sont les écolos qui pensent que de culpabiliser ceux qui sont moins avancés qu’eux est la solution.

Ne laissez jamais personne vous culpabiliser sur votre transition. Car si vous avez pris conscience de devoir changer, c’est déjà un pas énorme, bravo !

Certes, la situation est telle qu’il faudrait que tout le monde change radicalement tout son mode de consommation. Mais c’est concrètement impossible ! En revanche ce n’est pas en culpabilisant ceux qui ont commencé plus tard, ou qui ont du mal à s’y faire que les choses changeront plus vite. Au contraire le risque serait que les braquer et de les détourner de l’écologie.

Soyez fiers de vos petits pas, qui, j’en suis persuadée, vous mèneront au bout du chemin de l’écologie.

En résumé pour devenir éco-responsable et heureux, il faut, selon moi…

* prendre conscience de l’état de notre planète et avoir envie de changer pour laisser une terre saine à nos enfants.

* commencer par un coin de notre maison : salle de bain, cuisine, frigo … selon ce qui est le plus important et le plus simple pour vous.

* se fixer des petits objectifs et attendre d’être complètement habitué avant de passer à un autre . Un pas après l’autre !

* ne pas écouter ceux qui essayeront de vous culpabiliser, soyez fier de vous et de votre avancée même si elle est toute petite par rapport à certains.

* ne devenez vous même pas culpabilisant avec votre entourage . C’est le piège quand on se lance dans l’écologie, on peut facilement devenir celui qui culpabilise l’autre. Si votre conjoint(e) ne veut pas entendre parler de serviette en coton mais veut continuer à utiliser du papier, ne le/la braquez pas. A force de vous voir utiliser une serviette en coton il/elle se rendra compte que ce n’est pas si difficile et délaissera de lui même le papier. Il/elle ira à son rythme, c’est très important pour éviter les disputes inutiles .

* suivre des comptes inspirants et non culpabilisants sur les réseaux sociaux pour vous donner des idées (par exemple l’Instagram de @la_famille_tortue, je dis ça, je dis rien ).

Soyez fier de vous, toujours, en toutes circonstances, vous êtes sur la bonne voie!

Notez en commentaires vos idées de petits pas écolo pour aider ceux qui voudraient se lancer mais ne savent pas par où commencer ! Aidons nous à consommer mieux pour une planète plus saine.

PATIENTER…
MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s