LES LABELS BIO EN COSMETIQUE

LES LABELS BIO SONT-ILS FIABLES?

Nombreux sont ceux qui se fient uniquement aux labels bio en matière d’achat cosmétique. Mais ces différents labels sont-ils tous fiables? Pouvons-nous leur faire confiance les yeux fermés?

LES DIFFÉRENTS LABELS

Il existe différents labels cosmétiques. Parmi les plus célèbres nous pouvons citer :

  • Natrue
  • Nature et Progrès
  • Slow cosmetique
  • Cosmebio

liste non exhaustive

Tous imposent plus ou moins un respect de l’environnement, des animaux et une pratique de chimie verte. En revanche tous n’ont pas la même exigence ni le même cahier des charges.

NATURE ET PROGRES (1964)

Nature et progrès prône une agroécologie paysanne et locale. Leur charte est indépendante de la réglementation Européenne.

D’une manière générale les marques s’engagent à ne pas agresser les plantes et les animaux, et à être respectueux envers l’humain.

Ingredients interdits :

Huiles hydrogénées
Gaz propulseurs VOCs
Tous les dérivés de la pétrochimie
Colorants et parfums synthétiques
OGM
Lanoline AVEC nickel
Huiles essentielles de synthèse
Vitamine E et C synthétiques
Silicones
Phenoxyethanol
Cire d’abeille avec résidu d’acaricide
Polymères de synthèse
Nano particules
….

En revanche sont autorisés et pourtant non clean selon mon cahier des charges :

L’alcool

Voir le cahier des charges ici

Il est, selon moi, le label le plus fiable existant.

NATRUE (2007)

Les fondateurs de ce label siègent à la commission Européenne et participent à l’avancée de la législation cosmétique Européenne. Ils essayent de lutter contre le greenwashing, et imposent une charte à 3 niveaux de certification.

Selon leur site, tous les ingrédients doivent être d’origine naturelle, non transformés (ils doivent se trouver à l’état naturel).
8 produits sur 10 d’une même marque doivent correspondre à cette charte pour pouvoir être certifiés.

Ingredients interdits :

Silicones
Huiles minérales
OGM
Parfums et colorants de synthèse
Phtalates
SLS
PEG
Phenoxyethanol
Gaz propulseurs VOCs
Nano particules

En revanche sont autorisés et pourtant non clean selon mon cahier des charges :

Les huiles hydrogénées
l’huile de palme et dérivés
L’alcool
Les sulfates
Huiles essentielles de synthèse

Voir le cahier des charges ici

SLOW COSMETIQUES (2013)

Association qui milite pour une cosmétique plus saine et respectueuse. À l’image du guide Michelin, elle récompense de 1 à 3 étoiles les marques engagées qui le méritent selon son propre cahier des charges .

Famille d’ingredients interdits (la liste n’est pas précise):

Pétrochimie
Plastiques
Chimie de synthèse
Perturbateurs endocriniens NON naturels
Irritants
Sécrétion d’animaux morts

Quels sont exactement les ingrédients qu’ils jugent clean ou non? Je n’ai pas réussi à obtenir cette information.

Un perturbateur endocrinien naturel est clean si on se fie à leur définition…

Voir la charte juste ici

COSMEBIO (2002)

Ce label regroupe 3 différents logos:

95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle sur le total du produit(eau et minéraux considérés comme naturels)

95% minimum d’ingrédients bio sur l’ensemble des végétaux

10% minimum d’ingrédients bio sur le total du produit (eau et minéraux considérés comme non bio car on ne les cultive pas)
Sur le total du produit, limitation de l’origine pétrochimique (liste d’ingrédients autorisés avec dosage maximal), ce qui revient in fine  à environ 95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle
Sur le total du produit, limitation de l’origine pétrochimique (liste d’ingrédients autorisés avec dosage maximal), ce qui revient in fine  à environ 95% minimum d’ingrédients d’origine naturelle

95% minimum d’ingrédients bio sur l’ensemble des ingrédients pouvant être bio (tels que les végétaux, la cire d’abeille, le lait…)

20% minimum d’ingrédients bio sur le total du produit (10% pour les produits à rincer et minéraux – eau et minéraux considérés comme non bio car on ne les cultive pas)

Ingredients interdits :

Nanoparticules sauf pour les produits solaires
OGM
Silicones
Huile Minérales
Parfums et colorants de synthèse
Phtalates
PEG
Phénoxyéthanol

En revanche sont non clean selon mon cahier des charges et pourtant autorisés :

Huile de palme et dérivés
Les écotoxiques sous une certaine concentration
Les ingredients non biodégradables sous une certaine concentration
Les quats comme cocamidopropyl bétaïne et coco bétaïne
nanoparticules dans les solaires

Voir le cahier des charges ici

COSMOS

Jusqu’en 2017 chaque label avait sa propre charte. Depuis, Cosmebio et Ecocert mais aussi BDIH (Allemagne) ICEA (Italie) Soil Organic Association (Angleterre) se sont regroupés pour harmoniser et rehausser les exigences de leurs chartes, faire du lobbying green et défendre les valeurs du bio: ils ont créé le référentiel COSMOS

Depuis le 1er Janvier 2017, le cahier des charges COSMOS remplace le cahier des charges Cosmebio.

(le cahier des charges est celui du label Cosmebio ci-dessus)

ET ECOCERT?

Ecocert n’est pas un label, mais un bureau de certification qui s’occupe de valider ou non un label biologique, tout comme Bureau Veritas et Cosmecert. Il s’occupent également des certifications « GOTS », « Agriculture biologique Europe », « FSC » etc…

« En cosmétique bio, la mission des certificateurs Ecocert, Bureau Veritas et Cosmécert se termine après la remise du certificat attestant qu’un ou plusieurs produit(s) respecte(nt) les conditions du cahier des charges – et donc du label.
C’est alors que Cosmébio prend le relais en remettant le label et en offrant toute une palette de services aux entreprises – formations, événements professionnels pour créer des opportunités, aide technique….
NB : Par son statut d’association, Cosmébio n’a pas le droit de certifier les produits elle-même. La loi exige que le cahier des charges soit « porté par un organisme certificateur ».
C’est ainsi qu’Ecocert est entré dans le processus de labellisation il y a 15 ans. Le cahier des charges reste toutefois une propriété intellectuelle collective. »
Source COSMEBIO

DES LABELS PAS SI FIABLES QUE ÇA

Le label Nature et Progrès est le seul, selon moi, qui prend en considération tous les paramètres « non clean » des cosmétiques et qui en a compris les enjeux.
Mise à part pour l’alcool, qui reste décapant, irritant et asséchant même s’il est bio, je suis assez d’accord avec leur cahier des charges.

En revanche je trouve que les autres labels laissent passer trop d’ingrédients problématiques pour notre santé ou celle de notre planète. Pourtant, beaucoup de consommateurs pensent qu’en achetant bio, ils achètent clean, et peuvent tomber dans le piège du greenwashing.

Attention lorsqu’un produit se vente d’être bio, et d’être composé de 95% d’ingrédients d’origine naturelle. L’huile de palme est naturelle, l’alcool est naturel, le pétrole est naturel et le dioxide de titane en nanoparticule est aussi naturel. Pourtant ces 4 ingrédients ne sont bons ni pour notre santé, ni pour celle de notre planète.

PATIENTER…
MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s