QUEL LAIT ET BIBERON CHOISIR POUR BÉBÉ?

FAIRE LE CHOIX DE NE PAS ALLAITER

Le choix du lait

Il existe une multitude de marques de laits infantiles qui sont disponibles en pharmacies, grandes surfaces, sur Internet. Des laits normaux, AR, épaissis, sans PLV, sans PA, de chèvres, de riz… Nous étions complètement perdus dans cette jungle lactée.

Nous avons changé entre 3 et 4 fois de marque de lait avant de trouver celui qui convenait à Louis. Aucune personne ne peut vous conseiller une marque plutôt qu’une autre : c’est bébé qui choisira le goût et la texture qu’il préfère.

En revanche, voici quelques conseils pour vous aider à faire votre choix, par rapport à notre expérience de parents et ma formation de naturopathe:

  • Les marques bio permettent de s’assurer du bien-être animal et des méthodes de production, et sont souvent sans taurine, un ingrédient controversé dans les laits infantiles. Il existe plusieurs marques comme BabyBio, Biostime, GoodGoût, Physiolac etc… qui se valent en terme de qualité. Celui qui, selon moi, a le meilleur goût est Biostime.
  • Les laits végétaux ne sont pas conseillés pour les nourrissons car ne sont pas assez nourrissants et n’apportent pas tous les nutriments essentiels à bébé. Il existe en revanche des lait de riz disponibles en pharmacie, spéciaux bébés.
  • Si bébé a beaucoup de reflux, vous pouvez choisir un lait épaissi ou AR, ou ajouter un épaississant dans son lait habituel: Magic Mix à l’amidon de maïs, Gulmik à la farine de caroube (attention ça peut constiper)…
  • Si vous pensez que bébé à une intolérance au PLV, il existe des lait spéciaux remboursés sur ordonnance = hydrolysés ou acides aminés. Parlez en à votre pédiatre.

Avant de passer sur le lait hydrolysé Allernova AR pour Louis (RGO IPLV) qui est remboursé par la sécurité sociale sur ordonnance, le seul lait qui avait vraiment bon goût et qu’il acceptait de boire était le lait Biostime. Sa composition était la plus proche de mon idéal à savoir enrichi en DHA, sans taurine, bio et avec un bon goût. Zélie a quasi tout de suite été passée sur le lait Puramino aux acides aminés à cause de son intolérance sévère.

Lait Biostime

Après 1 an, certains médecins conseillent de passer directement aux lait de vache entier, sans utiliser de lait de croissance. C’est une mauvaise idée, le lait de croissance devrait être utilisé au moins jusqu’aux 2 ans de l’enfant. En effet, le lait entier n’est pas supplémenté en fer, indispensable au bon développement de bébé. Non, le lait de croissance n’est pas que du marketing, mais bel et bien formulé dans l’interêt nutritionnel de l’enfant.

Attention en revanche à le choisir bio, et nature de préférence. Beaucoup de marques ajoutent un arôme vanille au lait, ce qui habitue l’enfant à boire un lait aromatisé.

À la crèche

Vous pouvez demander quel marque de lait utilise la crèche de votre enfant et si celle-ci ne vous convient pas vous pouvez leur demander de fournir votre propre lait. De plus en plus de crèches (comme la crèche People and baby de Zélie) utilisent des laits bio, dans l’intérêt nutritionnel de l’enfant.

Bébé ne veut plus boire de lait

Si bébé est diversifié et refuse le lait, vous pouvez essayer d’en changer de marque (progressivement afin de ne pas dérégler son transit fragile) ou de lui proposer son lait sous une autre forme : en smoothie avec des fruits, mélangé à la compote etc… Il ne faut pas remplacer un biberon par un yaourt avant minimum 1 an. La dose de lait minimum est de 500ml par jour, pour une moyenne de 700 ml par jour pour un bébé de 1 an.

Le choix du biberon

Tout comme pour les lait infantiles, nous étions perdus dans le choix du biberon.

C’est bébé qui choisira la forme de tétine qu’il préfèrera en fonction de son palais, sa succion etc… Évitez d’acheter un gros stock d’une même marque en avance, c’est une erreur que nous avions commise. Une fois que vous aurez trouvé ce qui convient à bébé vous pourrez faire une réserve.

Les tétines anti-colique permettent de limiter la prise d’air pendant le biberon, et ainsi limiter les douleurs liées aux gazs. Elles ont bien fonctionné chez nous.

Les biberons en verres sont plus chers et plus lourds, mais ont l’avantage de ne pas se détériorer au fil des lavages comme les biberons en plastique. C’est l’achat le plus utile que nous avons fait pour notre fille!

Biberon en verre MAM

Mon témoignage sur le non allaitement

1er non allaitement

S’il y a bien un regret que j’ai concernant les premiers jours de la vie de mon fils, c’est l’allaitement.

J’ai fait le choix de ne pas allaiter. Pour plusieurs raisons:

* je voulais laisser la place au Papa
* je ne voulais pas abîmer ma poitrine. Je pensais que sans stimulation, il n’y aurait pas de montée de lait
* je ne voulais pas être épuisée
* je me sentais mal à l’aise avec l’idée que mon fils touche ma poitrine
* j’avais peur d’avoir mal
* j’étais persuadée de ne pas aimer ça

J’ai donné le biberon. Et pourtant …

* je me suis levée toutes les nuits quand même
* j’ai eu une très grosse montée de lait ( je suis passée d’un 95C à un 115F ).
* être épuisé est la condition même d’un parent
* combien de fois il a baissé mon t-shirt.  » c’est quoi ça ?  » Ça ne m’a jamais dérangé.
* il y a beaucoup de solutions pour ne pas avoir mal, encore faut-il les connaître
* je répète constamment à mon fils  » comment peux tu savoir si tu n’as pas essayé ? »

À la maternité, personne n’a jamais abordé le sujet allaitement.

Je me sentais tellement agressée par la communication des « pro allaitantes » sur les réseaux, que je me suis complètement braquée. Peut être que si ces femmes pleines de convictions avaient été plus pédagogues, j’aurais écouté.

J’aurais tellement aimé connaître l’existence de la tétée de bienvenue avant sa naissance, pour m’y préparer.

Cette tétée, qui sert à donner le colostrum à bébé, qui permet de le réconforter plus que de le nourrir, qui a peu d’incidence sur la montée de lait à venir, et qui permet à la maman de tester l’allaitement. Si ça ne lui convient pas, elle peut ensuite donner le biberon, sans pression.

Une chose est sûre, je ne louperai pas ce RDV pour bébé 2, même si finalement je choisis au final de ne pas allaiter!

2ème non allaitement

Encore un regret… J’ai essayé d’allaiter, mais la sensation de bébé sur mon sein, cette douleur à la succion que tout le monde me décrivait comme « une chose juste désagréable » était plutôt une torture pour moi. Je n’étais finalement pas prête, je ne m’attendais pas à ça. Encore un regret, encore un bébé au biberon.

PATIENTER…
MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT!

13 commentaires

  1. Merci pour tous tes supers articles Mélina !
    Je me demandais juste ce que tu pensais de la lécithine de soja présente dans certains laits infantiles dont Biostime. Cet ingrédient est très controversé car apparenté à un perturbateur endocrinien… J’ai donc choisi Physiolac pour mon fils afin qu’il n’y en ait pas dans son lait.

  2. Bonjour Mélina,
    Merci pour tous tes articles intéressants qui m’inspirent beaucoup. Je vois que tu conseilles Biostime, dont la composition est effectivement très bonne, et je voulais savoir ce que tu pensais de la lécithine de SOJA qu’il contient ? En effet il y a pas mal de controverses à propos de cet ingrédient dans les laits pour bébés en raison de sa concentration en génistéine, un polyphénol connu pour sa similitude avec l’hormone féminine œstrogène qui aurait un impact sur le développement du système reproductif des petites filles.

    1. Hello en effet c’est un ingrédient à discutions, mais il y a aussi bcp de contres études qui prouvent que les populations asiatiques n’ont pas plus de problème alors que le soja est la base de leur alimentation. Je ne suis pas assez renseignée pour avoir un avis tranché ☺️

      1. Ce que je veux dire par là c’est que ce qui pour nous (adultes) a mauvais goût n’a pas forcément mauvais goût pour eux 🙂 et inversement 😬
        C’est sur que si bebe refuse le lait pcq il le trouve pas à son goût c’est différent !

  3. Ahhhh l’allaitement sacré sujet 😅 j’ai aussi fait le choix de ne pas allaiter mes deux filles, je n’ai même pas essayé, pourquoi ? Comme toi je ne me sentais pas à l’aise avec le fait d’allaiter, et je pense par manque d’information également. Est ce que je regrette ? Parfois oui je culpabilise de ne pas leur avoir donné le meilleur, les laits artificiels sont ils vraiment bons pour nos bébés ?
    Quoi qu’il en soit c’est trop tard. Bon courage aux futures mamans, renseignez vous bien et surtout écoutez vous c’est important 💓

  4. J’ai toujours su que je voulais allaiter, dès que j’ai su que je voulais être maman. J’ai mis du temps à concevoir car je ne me voyais pas maman avec n’importe quel papa à mes côtés. Du coup j’ai vu mes amies devenir mamans, certaines ont allaité d’autres non, chacune selon ses propres choix et expériences. J’ai été un bébé allaité et ma mère a adoré. Du coup quand je suis tombé enceinte je savais que je voulais allaiter. J’en ai parlé à ma sage femme, à ma mère et à ma belle-mère. Ainsi qu’avec mes amies qui avaient allaité. J’ai eu tous les conseils, toutes les astuces possibles et inimaginables 🙂 (j’ai fait mon tri et choisi ce qui m’interressait :D)
    Je sais que j’ai eu énormément de chance d’être si bien entourée donc merci de partager ton expérience ça peut toujours aider.
    En ce qui concerne tes non allaitements, ne regrette rien, tu as fait de ton mieux avec les connaissances que tu avais à ce moment là.
    Dans 10/15 voir 20 ans tes enfants ne s’en soucieront aucunement et ne t’en voudront pas car tu es la meilleure des mamans pour eux 😉

  5. Je trouve cet article tellement important. J’avais exactement les mêmes a priori. Je ne peux pas encore témoigner de comment je vais vivre cette expérience car bébé doit naitre dans 15 jours. Et d’ailleurs plus la date approche, et plus les copines enceintes autour de moi qui me disent qu’elles n’allaiteront pas et plus j’ai peur pour ces mêmes raisons. La fatigue, même l’épuisement, sentiment d’être à la « merci » de son bébé, la douleur, l’organisation, la pudeur…Mais cet article me fait du bien. Avant d’être enceinte je ne voulais même pas allaiter, puis au fur et à mesure dans mon coin jai commencé à l’envisager et notamment en me disant au pire je ferai la tétée d’accueil. C’est cette idée la, cette fameuse tétée, qui m’a fait basculée vers ok je vais essayer d’allaiter. Alors on verra comment ça se passe car comme dirais ma sage femme il manque une inconnue à mon équation. Bébé est une personne à part entière et il est impossible de tout anticiper dans le bon comme dans le moins bon. Mais en tout cas grâce à l’idée que cette tétée pouvais exister et en quoi elle consistait j’aurais au moins pu prendre le temps de bien réfléchir à la possibilité de l’allaitement et bien me renseigner avant avec ma sage femme, atelier à la maternité, article etc… et rien que ça c’est important. Merci pour ton témoignage si vrai et sans tabou comme d’habitude.

Répondre à la_famille_tortue Annuler la réponse.