VIOLENCES GYNECO

En 2018 plusieurs articles sont sortis pour dénoncer les violences gynécologiques et obstétriques.

C’était la première fois que j’entendais ce mot, et ça a fait écho en moi.

Pour réussir à tomber enceinte, j’ai été obligée de faire une hysterosalpingographie dans le cadre d’une PMA.

Mon gynécologue m’avait prévenu que cet examen pouvait, selon les femmes, être excessivement douloureux.


Le praticien qui allait me faire l’examen était un homme.

 Je me suis dis  » c’est un professionnel, il est formé à réaliser cet acte, je peux lui faire confiance ».

Il y avait deux assistantes avec lui. La table en fer n’était pas confortable, il faisait froid.

Il ne m’a pas prévenu quand il a aspiré mon col de l’utérus pour commencer l’examen. J’ai ressenti une douleur horrible dans le bas-ventre.

 Une des assistante m’a prise par la main, me caressait les cheveux. Je transpirais, je faisais un malaise.

Je lui ai dit que j’avais mal. Il a fait semblant de ne pas m’entendre. Il m’a demandé de me tourner sur la gauche puis sur la droite.

 Je me suis tournée sur la gauche, mais au moment de me tourner sur la droite, impossible, j’étais paralysée, j’allais vomir, je commençais à voir flou…

 C’est à ce moment que le radiologue m’a dit « tournez vous sur le côté! Il faut qu’on aille plus vite, ce n’est pas un examen qui fait mal en plus ».

Je n’ai même pas réfléchi, j’ai hurlé  » J’ai mal merde ! J’ai mal! Je ne peux pas me tourner ».

J’ai vu que je l’avais déstabilisé, il ne savait plus où se mettre. Mais il ne s’est jamais excusé.

Comment pouvait il savoir si cet examen faisait mal ? Et si c’était ses testicules qui étaient malmenées ? Aurait il accepté qu’on lui dise que ça ne faisait pas mal ?

Nous ne devrions jamais rester muettes face à ces violences. Nous avons toutes des seuils de douleur différents, nous avons toutes un parcours de vie, une sensibilité différente. Osons dire les choses qui ne nous conviennent pas !

C’est un regret énorme que j’ai. De ne pas lui avoir dis cela en face, de ne pas avoir eu le cran de lui demander des explications et des excuses. Le fameux syndrome du « j’aurais dû… »

Nous ne devrions jamais laisser aucun médecin nous rabaisser, nous mutiler, nous humilier.

Certes, ils ont plus de diplômes que nous, mais ils ne sont pas nous. Il ne connaissent pas notre sensibilité, notre fragilité. Arrêtons d’avoir peur de nous affirmer.

C’est de notre corps dont nous parlons !

Et vous, avez-vous déjà subi des violences gynécologiques, et comment avez-vous réagi?

PATIENTEZ
MERCI!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s