LE COUPLE APRÈS BÉBÉ: BABY CLASH

3 ans de vie commune, 1 an de mariage.

Un amour incommensurable, indescriptible, profond, intense, réel.

J’étais sûre qu’il serait le père de mes enfants. Il était sûr que je serai leur mère.

Nous avions adopté un chat, pour voir si nous étions capable d’éduquer un petit être à deux.

Succès. Nous mettons en route le projet bébé.

Après plusieurs mois d’essais, plusieurs mois d’attente, plusieurs examens pour nous aider, Louis s’est enfin installé en moi.

Explosion de bonheur. Nous allons être parents.

Pendant ma grossesse notre relation a commencé à battre de l’aile.

J’avais ma libido au max, lui ne pouvait même pas imaginer me toucher, sachant mon fils si proche . 7 mois de disette

J’avais à peu près tous les symptômes possible de la grossesse : rétention d’eau, sciatique, nausées puis brûlure d’estomac, boutons, maux de dos, jambes lourdes vive la grossesse en août.



Je lui en voulais de ne pas prendre suffisamment soin de moi.

Il fallait que je le supplie pour qu’il me masse 5 minutes les pieds, pour qu’il aille me chercher mon mac flurry Oreo au Mac Do envie de grossesse

Il me reprochait d’avoir des sautes d’humeurs, d’être facilement énervée. Il me laissait gérer le ménage, les courses, sans que ma grossesse ne lui pose problème.

Puis Louis est né. C’était lui avant Ju. Lui avant notre couple. Je ne me sentais plus femme, mais uniquement mère.

Je pense que c’est normal, animal, vital. J’avais besoin de cette phase d’attachement intense pour me sentir maman.

Toutes nos habitudes ont été chamboulées, nous ne dormions quasi plus. JE ne dormais plus. Ju ne se levait pas la nuit, nous l’avions convenu au départ, puisque lui allait au travail. C’est vrai qu’un congés maternité c’est des vacances au club med

Nous nous faisions constamment des reproches. Nous n’arrivions plus à communiquer sans nous agresser. Je ne voyais que des défauts chez lui, un rien m’agaçait.

La fatigue, ma dépression et ma perte de libido n’ont pas aidé.

Nous avons souhaité divorcer. Nous en avons beaucoup parlé. Nous avions même évoqué l’après, le mode de garde de Louis, le lieu ou nous allions déménager chacun de notre côté.

Mais nous n’avons pas cédé.


Nous pensions tous les deux qu’il restait un peu d’amour. Qu’il y avait encore une toute petite flamme et qu’il suffisait de souffler dessus pour la raviver .

Nous avons vu une psychologue de couple dans le CMP proche de chez nous. N’ayant pas les moyens de nous offrir une psychothérapie dans le privé, le CMP nous a reçu gratuitement. Nous avons rencontré la psychologue 3 fois pendant 1h. Cela nous a permis de discuter des problèmes sans nous juger, sans crier. Nous avons chacun ouvert notre coeur.

Le fait de parler devant une tierce personne qui nous écoute sans nous juger, et qui n’a pas d’affecte avec notre couple est vraiment libérateur. Elle reformulait parfois nos idées pour que l’autre ne prenne pas mal les sujets de réflexions abordés.

Nous avons lutté, nous nous sommes accrochés et aujourd’hui nous pouvons dire que notre amour est plus solide qu’avant.

Cette épreuve nous à montré notre force, notre courage, et nos envies. J’ai envie de vieillir à ses côtés, j’ai envie de faire des efforts pour y arriver. Il a les mêmes envies, donc nous travaillons main dans la main pour y parvenir.


Et vous, avez vous connu ce babyclash? Comment avez vous vécu l’arrivée de bébé?

PATIENTEZ
MERCI !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s